ACTUALITÉS

ATELIER RÉGIONAL DE CONSULTATION ET DE VALIDATION DU PLAN D’ACTION (2015-2030)...

29/06/2016

ATELIER RÉGIONAL DE CONSULTATION

ET DE VALIDATION DU PLAN D’ACTION (2015-2030)

DE LA CÉDÉAO SUR LA RÉDUCTION DES RISQUES

DE CATASTROPHES

…………………………..

Accra (Ghana), Hôtels Alisa - 18 et 19 octobre 2016.

 

Conformément au programme préétabli, la plénière de l'Atelier a commencé le mardi 18 octobre 2016 à 9 heures par l’enregistrement des participants. Au nombre de 51, ils étaient répartis entre les représentants des 15 États membres de la CÉDÉAO, des Organisations de bassins versants, des Agences nationales pour la gestion des Catastrophes,  de la Banque mondiale, de l’Union européenne, du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de la Banque africaine de développement (BAD).

 

A partir de 9 h 30 mn, les cérémonies d’ouvertures ont commencé par l’allocution de Dr Daniel Eklu, Directeur des Services humanitaires de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest. Dans son allocution, après avoir souhaité la bienvenue aux participants, il a mis l’accent sur les catastrophes naturelles qui réduisent énormément les capacités des pays et conduisent à des crises humanitaires dramatiques.

 

Les actions de la CÉDÉAO doivent avoir pour objectifs de comprendre les risques, les identifier, les analyser et les gérer. Pour cela, il faut des Centres d’observation et de gestion des crises qui permettent l’alerte précoce. Il a conclu son allocution par des souhaits de pleins succès à l’Atelier.

 

Mr Amjad Abbashar de la  Stratégie internationale de prévention des catastrophes des Nations unies (UNISDR) est intervenu à son tour pour rappeler les dates des prochaines rencontres relatives aux crises liées aux catastrophes : la Célébration des crises liées aux catastrophes le 19 octobre 2016 et la Conférence sur la réduction des crises liées aux catastrophes en novembre 2016. Il a magnifié la contribution africaine au Cadre de Sendai en tant que premier continent à s’investir dans ce sens.

 

 

Le Général de brigade Francis Vib Sanziri du NADMO (Agence ghanéenne de gestion des catastrophes), s’est appesanti sur l’ampleur grandissante des catastrophes naturelles auxquelles il faut ajouter les feux de brousse, la sècheresse et les accidents de la route. Nous sommes faibles face aux inondations et la gestion de leurs conséquences. Il faut renforcer la capacité de préparation à répondre aux catastrophes en rendant les Agences nationales de gestions des catastrophes promptes à répondre à l’après-catastrophe. Le plan d’action 2015-2030 de la CÉDÉAO permet ce renforcement sur le plan régional.

 

La modération des débats de la journée a été assurée par Mr Gavivinia Tamakloe de la NADMO. La cérémonie de la matinée du 18 octobre 2016 a été clôturée par la présentation des Participants à l’Atelier.

 

Dans l’après-midi, les travaux de l’Atelier se sont poursuivis par la présentation d’un thème principal : les Cadres régional et mondial pour la réduction des risques des catastrophes de Sendai à Accra. Ce thème principal a été subdivisé en deux sous-thèmes qui ont été défendus par Mr Amjad Abbashar (Sendai : Le nouveau cadre mondial) et par Mr Carl Dingel (Dimension Régionale de la RRC en Afrique).

 

Mr Amjad de l’UNISDR a insisté sur le fait que les dimensions de la croissance démographique, de la diminution de la mortalité et de l’habitat dérisoire soient prises en compte de façon effective. Il a ensuite mentionné qu’il ne s’agit pas seulement de gérer les dommages causés par les catastrophes, mais aussi et surtout de réduire les risques de catastrophes. Il a demandé la prise en compte de la santé et les moyens de subsistance des populations.

 

Mr Carl Dingel, Représentant de la Banque mondiale, a mis à disposition des documents contenus dans le classeur distribué par le Secrétariat de l’Atelier.

 

En fin d’après-midi, le Plan d’action RRC de la CÉDÉAO 2015-2030 a été présenté par Mr Mohammed Ibrahim de la CÉDÉAO. Tous les plans d’action RRC de l'Organisation sont en corrélation dans la mesure où les éléments non exécutés des anciens plans (plan 2010-2015 par exemple) sont pris en compte par le plan d’action 2015-2030. Il a particulièrement insisté sur la nécessité de réduire la vulnérabilité des populations ; bien examiner le plan pour mieux atteindre les objectifs ; fusionner les systèmes d’alertes précoces des pays et avoir les Agences au niveau des localités et des Institutions et trouver les partenaires pour le financement du plan.

 

Enfin, Mr Mohammed a demandé que rien ne soit imposé aux États, mais plutôt les aider dans l’élaboration de leurs propres plans d’action RRC. Il faut être préparé pour répondre aux problèmes et non attendre pour se préparer à répondre.

 

A la suite de cette dernière intervention, une discussion a été engagée pour débattre de toutes les interventions thématiques. La discussion a tourné court dans la mesure où deux camps se sont farouchement opposés : le premier met en exergue la routine de la CÉDÉAO qui ne fait que passer de plan en plan sans rien réaliser de concret sur le terrain ; le deuxième camp défend que la CÉDÉAO a toujours fait de son mieux à la hauteur de ses moyens. La discussion a donc tourné court.

 

En début de soirée, trois (3) Groupes de travail ont été constitués pour examiner dans le détail la matrice du programme d’action sur la réduction des risques de catastrophes de la CÉDÉAO (2015-2030). Le Groupe A a pris en charge l’examen du Cadre de Sendai : Priorité 1, intitulée ‘’Comprendre les risques de catastrophes’’. Le Groupe B a examiné le Cadre Sendai : Priorité 2, intitulée ‘’Renforcer la gouvernance des risques de catastrophes pour mieux les gérer’’ et la Priorité 4, intitulée ‘’Améliorer la préparation aux catastrophes pour une intervention efficace et « reconstruire au mieux » dans le relèvement, la réhabilitation et la reconstruction’’. Le Groupe C a examiné le Cadre Sendai : Priorité 3, intitulée ‘’Investir dans la réduction des risques de catastrophes en vue d’atteindre la résilience’’.

 

Tard dans la soirée, la synthèse de la session plénière a été faite et les Rapporteurs des Groupes de travail ont rendu compte des activités des trois Groupes sur les trois premières Priorités. La synthèse des rapports des Groupes a suivi, après une courte pose. Les orientations ont été données pour la deuxième journée de travail du 19 octobre 2016.  

 

 

 

 

Le 19 octobre 2016, dans la matinée, le Groupe B qui devait examiner deux Priorités avait poursuivi son examen de la Priorité 4. A la suite de cet examen, compte a été rendu pour clore les activités des travaux de Groupe.

  

Dans la journée, la synthèse globale des travaux de Groupe a suivi le compte rendu du Groupe B sur la Priorité 4. Il revenait par la suite au Secrétariat de l’Atelier régional d’intégrer les remarques et observations des Groupes dans le document de base, c’est-à-dire la matrice du programme d’action sur la réduction des risques de catastrophes de la CEDEAO (2015-2030).

 

Contrairement à l’intitulé de la rencontre, Atelier régional de consultation et de validation du plan d’action (2015-2030) de la CÉDÉAO sur la réduction des risques de catastrophes, le document n’a pas été validé. La raison évoquée par le Représentant de la CÉDÉAO, Mr Mohammed Ibrahim, est que la matrice doit être soumise à d’autres examens.

 

La cérémonie de clôture a eu lieu tard dans la soirée. Elle a enregistré les allocutions de Mrs Amjad Abbashar de l’UNISDR : Programme régional de l’UNISDR, Aliou Dia du PNUD : Programme régional du PUND, Dieudonné Goudou de la Banque africaine de développement : Programme régional de la Banque, Stéphane Quinton de l’Union européenne- ECHO : Programme régional et Carl Dingel de la Banque mondiale : The ACP-EU NDRR R2 Program.

 

Les Représentants se sont séparés tard dans la soirée dans l’espoir que la matrice du programme d’action sur la réduction des risques de catastrophes de la CEDEAO (2015-2030) connaîtra d’autres observations et suggestions constructives pour en faire un document solide pour la réduction et la gestion des risques de catastrophes.

 

Le jeudi 20 octobre 2016, dans la matinée, les participants à l’Atelier régional de consultation et de validation du plan d’action (2015-2030) de la CÉDÉAO sur la réduction des risques de catastrophes ont quitté Accra pour leurs pays où résidences respectifs.

 

Dakar, le 24 octobre 2016.

 

 

 

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Voir

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR

DU FLEUVE GAMBIE

ADRESSE

Immeuble CTIMM - 5ème étage

5D Mermoz, route de Ouakam
Dakar – Sénégal

CONTACT

Téléphone: +221 33 889 51 00

Fax : +221 33 822 59 26

Mail : omvg@omvg.sn

LIENS UTILES :